Diminuez votre maintenance corrective et votre « rework » : une leçon tirée de Disney World

Disney (1)

Terry Wireman, C.P.M.M. & C.M.R.P.

J’ai eu l’occasion de faire une visite guidée des installations de « Disney World » lors de la conférence SMRP à Orlando. Ce fut une visite très intéressante. Beaucoup de bons comportements par l’organisation Disney étaient observables sur le circuit. Cependant, il y avait une remarque faite par le guide de Disney qui m’a vraiment interpelé :

« Prêter attention aux détails fait la différence entre être bon et être excellent »

Votre département de maintenance

Dans la plupart des entreprises, il serait pertinent de considérer les départements de maintenance sous cette optique. Les départements de maintenance, prêtent-ils une attention particulière aux détails – ou effectuent-ils le travail de manière robotique afin de passer à la tache suivante? Prêtent-ils une attention particulière aux détails ou ont-ils une mentalité « ceci devrait faire l’affaire »?

Les techniciens « artisans » de maintenance vs. les « héros »

J’ai déjà écrit sur le niveau de compétences des départements de maintenance dans de nombreux organismes. Nous observons une baisse spectaculaire du nombre de techniciens « artisans » de maintenance de haut-niveau par rapport aux « héros » qui sont si souvent récompensés dans la plupart des organisations. Les héros prêtent-ils attention aux détails? Quand il s’agit de la qualité de leur travail, les héros sont-ils juste « bons » ou « géniaux »? Il n’y a qu’à regarder le nombre de retouche et de « rework » de maintenance dans la plupart des organisations pour obtenir cette réponse.

Diminuez le « rework » de maintenance

Si vous deviez définir le « rework » en maintenance, ce n’est pas l’action de réparer quelque chose qui s’est à nouveau brisé, mais plutôt de refaire un travail, travail dont la durée de vie du composant qui a été réparé ou remplacé, n’a pas été maximisée. Donc, si un « bearing » dument remplacé, est de nouveau remplacé quelques mois plus tard, il n’atteindra pas sa durée de vie maximale, qui est de 10 à 15 ans (classement L-10) et dans ce cas-ci, il s’agira de « rework ». Si nous changeons les courroies toutes les 4000 heures de fonctionnement, au lieu de toutes les 24 000 heures de fonctionnement, il s’agit de « rework ».

Les artisans obtiennent la durée de vie maximale des composants – les héros créent plus de « rework ».

Peut-être devrions-nous penser autrement :

« L’attention aux détails fait la différence entre les bons et les grands » ?

Produirions-nous la prochaine génération d’artisans – au lieu de la prochaine génération de héros?

C’est une question qui mérite une réponse. Il suffit de se promener dans une attraction de Disney World pour obtenir la réponse. Si le public se promenait dans votre usine ou vos installations, auraient-ils la même réponse?

Pour obtenir plus de contenu comme ceci directement dans votre boite de courriel, cliquez ici pour vous abonner à notre liste d’envoi (gratuit).

button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*