Comment déterminer avec justesse les priorités de vos travaux de maintenance afin de passer d’un mode réactif à un mode planifié?

Comment déterminer avec justesse les priorités de vos travaux de maintenance afin de passer d’un mode réactif à un mode planifié?

 

par Christer Idhammar

Une perspective de planification et d’ordonnancement de votre maintenance
D’après le dictionnaire, la définition de la « priorité » est la suivante : « venir en premier dans le temps, dans l’ordre, ou en importance. » Lorsque l’on détermine la priorité des travaux de maintenance, il faut tenir compte de leurs importances pour l’ensemble de l’entreprise en question. Mon expérience montre que dans la plupart des services de maintenance vous pouvez classer les priorités en deux groupes : les priorités émotionnelles et les vraies priorités.

Les priorités émotionnelles
Une priorité émotionnelle est une priorité qui est fondée sur les sentiments au lieu d’un jugement objectif. L’importance du travail de maintenance est jugée uniquement en fonction du service de production où le demandeur travaille.

Par exemple, une personne d’opérations pourrait faire une demande de travail de maintenance sur un équipement afin de « libérer » son esprit et passer à autre chose. Cela arrive assez souvent, beaucoup de travaux de la sorte sont sollicités à l’aide d’un bon de commande ou sont sollicités verbalement. Ces travaux contournent l’utilisation d’une demande de travail de maintenance informatisé ou d’une demande de travail de maintenance manuelle. Puisque la maintenance agit comme « service » pour les opérations, ce genre de méthodes de demandes de travaux de maintenance continueront d’augmenter si les demandes de travaux ne sont pas appliquées avec une discipline stricte. Ce genre de chose se produit parce qu’en général, il est plus pratique pour le demandeur de laisser la tâche de documenter le bon de travail à quelqu’un d’autre plutôt que de le faire lui-même.

Une autre raison pour laquelle les priorités émotionnelles sont fréquentes est qu’elles représentent souvent le seul moyen d’obtenir un travail de maintenance effectué dans un délai raisonnable. Les demandeurs de travaux savent quand leurs collègues abusent du système de priorités. Ils savent aussi que s’ils essaient d’être « compréhensifs » en instaurant une priorité inférieure à celle nécessaire, leur demande de travail en question ne sera jamais effectuée. Dans ces cas-là, ce qui arrive est que l’on assigne une priorité plus élevée que nécessaire au bon de travail.

Le résultat : les travaux de priorités émotionnelles, ainsi que les véritables travaux urgents, vont contourner le processus de planification et d’ordonnancement et par conséquent coûter plus d’argent.

Les vraies priorités
Pour ce qui est des « vraies priorités » je me base sur l’importance du travail à effectuer et du bénéfice qu’il apporte à l’ensemble de l’entreprise ou du service de production.

La priorité du travail est basée sur la conséquence de ne pas avoir fait le travail de maintenance et dans quel état la composante se trouve lors de son inspection. Dans une entreprise bien organisée, jusqu’à 90% de tous les travaux de maintenance sont effectués grâce au « condition based monitoring », y compris les inspections de bases et les conversations avec les opérateurs. Avec les bonnes priorités en place, les travaux de maintenance peuvent être planifiés et par la suite cédulés et exécutés de manière plus efficace.

Une source de conflit
Les demandeurs de travaux de maintenance n’ont souvent que leur propre zone de production en tête lorsqu’ils priorisent leurs travaux de maintenance, tandis que leurs partenaires de maintenance sont souvent confrontés à dix autres « premières priorités » venant de différents demandeurs. Ces partenaires de maintenance ne peuvent souvent que s’occuper de 5 priorités à la fois. Cela occasionne des conflits avec les personnes qui font des demandes de travaux, qui ne sont pas effectués. Et pour aggraver les choses, ce sont souvent les personnes qui se plaignent le plus auprès du planificateur ou du superviseur de maintenance quand leurs travaux ne sont effectués, qui obtiennent priorité sur les autres travaux. Cela se fait souvent au détriment des autres personnes qui pourraient avoir eu un besoin plus réel pour un travail plus urgent.

Comment affronter ce problème
Je sais que beaucoup d’entre vous allez reconnaître ce type de conflit dans votre propre usine.

Alors, que pouvez-vous faire pour améliorer votre situation ?

Voici des actions que vous pouvez implanter pour changer l’état de vos processus de maintenance afin de passer d’un mode réactif à un mode planifié, programmé et contrôlé:

1) Mettez en place un groupe de travail entre les opérations et la maintenance ayant pour objectif de déterminer des priorités plus exactes.

2) Sensibilisez les personnes clés à propos de l’importance d’utiliser les bonnes priorités. Leur expliquer que cela coûte beaucoup plus cher de faire un travail que l’on impose à une cédule de maintenance planifiée que de faire ce même travail avec la priorité adéquat dans un contexte de maintenance planifiée et cédulée.

3) Acceptez que les opérations et la maintenance décident d’établir les priorités ensembles faisant en sorte qu’elles soient conformes à des lignes directrices bien définies. Les seuls travaux qui justifient la « première priorité » (une action immédiate qui passe avant d’autres travaux en cours) sont les travaux suivants :
– S’il y a un risque immédiat de blessure ou de dommages à l’environnement ;
– Si la ligne de production est en arrêt ;
– S’il y a un risque immédiat pour une perte de production ou des coûts de maintenance élevés.

Tout autres travaux devraient être compilés avec des exemples specifiques dans un manuel de lignes directrices et devraient être cédulés avec une date d’achèvement bien définie. Par exemple, une pompe qui tombe en panne mais qui a un backup, ne constituera pas automatiquement un travail de « première priorité ».

L’élaboration et l’utilisation d’un manuel de lignes directrices donnera des résultats plus rapides avec moins d’arrêts de production non-planifiés et l’augmentation de la maintenance planifiée, cédulée et un meilleur contrôle. Toutefois, prenez en compte que le processus d’élaboration d’un manuel de lignes directrices et sa mise en œuvre prendra du temps et de la patience.

Pour vous aider dans la décision de priorité de travaux de maintenance, vous pouvez télécharger notre tableau gratuit de Bons de commande et lignes directrices de priorité ici.

Pour obtenir plus de contenu comme ceci directement dans votre boite de courriel, inscrivez-vous à notre infolettre en cliquant sur le bouton ci-dessous (gratuit).

button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*